+33 (0)4 90 83 72 69 | +33(0)6 37 58 98 21‬ info@julietteavril.com

Presse/Médailles

Des articles de presses, nos médailles et les salons dans lesquels vous pouvez nous retrouver !

Décrypter les différentes informations présentes sur l’étiquette d’une bouteille de vin n’est pas facile : région, appellation, millésime, domaine. Nous vous donnons toutes les astuces pour savoir lire une étiquette de vin.

Il n’est pas toujours facile de décrypter les informations d’une étiquette de vin. Il y figure à la fois des données règlementaires (pour protéger le consommateur) et des informations marketing qui aident à présenter le « goût du vin » ou l’engagement du vigneron pour une agriculture durable. Découvrez à travers cet article comment lire une étiquette de vin afin de sélectionner au mieux la cuvée qui correspond à votre besoin.

Les mentions règlementaires obligatoires sur une étiquette de vin : l’origine, le nom, les allergènes…

L’origine et la provenance du vin :

Elle indique la région et plus précisément son appellation (AOP).  Une AOP définit l’ère géographique de la production, selon des méthodes de culture de la vigne, de récolte des raisins, du choix des cépages, ou encore des méthodes de vinification et d’élevage. Chez Juliette Avril nos appellations (que l’on nomme aussi AOP ou AOC) sont Châteauneuf-Du-Pape, Cairanne, Côtes du Rhône, Plan de Dieu. On peut aussi retrouver la notion d’IGP pour les vins dont l’ère de culture est plus vaste que celle de l’AOP ou encore les mention de vin de France ou Union Européenne. Dans ces derniers cas, les raisins sont issus respectivement du terroir Français ou de l’Union Européenne. Dans le cas des vins de France, les raisins peuvent bien être cultivés sur un vignoble et terroir identifié à un domaine ou un château, mais le vigneron a fait le choix de « sortir » des consignes de l’appellation pour créer des cuvées plus originales ou qui lui ressemble.

Le nom du produit:

Il s’agit d’un nom de domaine qui fait souvent référence à la mention de « château », « domaine », « mas » si le vin est produit au sein d’une propriété viticole et dont le raisin est issu exclusivement de cette propriété. Chez Juliette Avril, nous indiquons « Domaine Juliette Avril« , et selon les appellations, nous attribuons un nom à nos cuvées comme par exemple la cuvée Maïlys pour le Cairanne ou la cuvée Maxence pour la cuvée premium de notre Châteauneuf-Du-Pape.

Parfois, l’étiquette de vin présente un nom de marque lorsque le vin est conçu par un négociant. Dans ce cas, la sélection du raisin est effectué auprès d’une ou plusieurs propriétés viticoles, le vin est assemblé puis peut être mis en bouteille à la propriété (lorsque le vin est issu d’un seul domaine), ou dans une structure d’embouteillage indépendante lorsque le raisin est issu de plusieurs propriétés viticoles.

Le volume, c’est à dire la contenance de la bouteille, exprimée en millilitres ou litres est obligatoire

Il existe plusieurs formats de bouteilles. Par ordre croissant :

  1. Bouteille standard (750 millilitres): c’est la taille de bouteille de vin la plus courante et la plus largement utilisée dans le monde entier.
  2. Magnum (1,5 litres): équivalent à deux bouteilles standard.
  3. Jeroboam (3 litres): équivalent à quatre bouteilles standard. Dans certaines régions, le Jéroboam peut équivaloir à 3 litres ou 5 litres, selon les traditions locales.
  4. Rehoboam (4,5 litres): équivalent à six bouteilles standard.
  5. Methuselah (6 litres): équivalent à huit bouteilles standard.
  6. Salmanazar (9 litres): équivalent à douze bouteilles standard.
  7. Balthazar (12 litres): équivalent à seize bouteilles standard.
  8. Nebuchadnezzar (15 litres): équivalent à vingt bouteilles standard.
  9. Melchior (18 litres): équivalent à vingt-quatre bouteilles standard.

La teneur en alcool :

Le pourcentage d’alcool contenu dans le vin, exprimé en pourcentage du volume (% vol). Elle peut avoir une importance pour vous selon que vous préférez les vins légers ou les vins plus robustes. Généralement les vins dont les taux d’alcool sont plus élevés sont plus propice à la garde.

Producteur ou embouteilleur:

Le nom et l’adresse du producteur ou de l’embouteilleur du vin qui confirme la provenance : souvent matérialisé par un code postale, indiqué en petit au dos de la bouteille.

Les allergènes :

Si le vin contient des sulfites au-dessus d’un certain seuil (10 mg/l), il doit être mentionné sur l’étiquette.

Le numéro de lot :

Identifie la production et inclus souvent la date de mise en bouteille. Cette mention est importante pour le contrôle qualité des bouteilles.

Le logo femme enceinte :

Le logo femme enceinte sur les bouteilles de vin est obligatoire en France.

Les mentions non obligatoires sur une étiquette de vin, règlementées : les médailles, les labels, le millésime…

La notion des « cépages » sur une étiquette de vin :

Certaines étiquettes de vin indiquent les cépages utilisés dans l’assemblage du vin. Cela peut vous donner des indices sur le profil aromatique, la structure et le goût du vin. Dans certaines régions, les vins sont produits à partir d’un seul cépage (vins mono-cépages), tandis que dans d’autres, ils sont issus d’assemblages de plusieurs cépages. Ces mentions vous informent sur le type de vin que vous allez choisir et vous projette davantage dans la dégustation si vous connaissez les arômes des cépages. Chez Juliette Avril par exemple, nous ne faisons pas mention des cépages sur l’étiquette, car ils sont nombreux pour l’élaboration d’un Châteauneuf-Du-Pape. Selon le cahier des charges de l’AOC Châteauneuf-du-Pape, nous sommes en effet autorisés à utiliser jusqu’à 18 cépages différents dans un même assemblage.

La notion de « millésime » sur une étiquette de vin :

Le millésime sur une étiquette de vin n’est pas obligatoire. Il indique l’année de la récolte des raisins utilisés pour produire le vin. Dans certaines régions, le millésime peut avoir une importance capitale, car il influence le caractère et la qualité du vin. Un bon millésime peut donner un vin exceptionnel, tandis qu’une année difficile peut produire un vin moins « marquant ». Le millésime peut-être un indicateur de vin de garde. Certains vins en revanche se dégustent dans leur jeunesse (la majorité des rosés, les vins rouges légers et fruités), c’est pourquoi le millésime est une information importante à interpréter.

La notion « d’élevage du vin » sur l’étiquette de vin :

Il est possible d’intégrer le type d’élevage. La mention d’élevage en fût de chêne peut avoir une importance capitale dans la sélection que vous ferez car il indiquera que le vin arborera des arômes plus toastés et vanillés qu’un vin qui n’est pas élevé en fût de chêne.

Les labels présents sur une étiquette de vin, sont non obligatoires mais règlementées

Pour présenter son engagement dans une viticulture durable, le vigneron peut présenter des labels sur son étiquette de vin. Ils sont nombreux et leurs cahier des charges sont différents. Il faut se référer à leur charte d’engagement pour comprendre les intentions de chaque label (Bio, Terra Vitis, Agriconfiance, HVE…). Chez Juliette Avril, nous avons fait le choix de produire nos vins selon les référentiels Terra Vitis et HVE3. Enfin nous sommes investis dans le programme de « fermes pilotes » de la chambre d’agriculture. Ceci ne figure pas sur nos produits.

Les médailles peuvent faire la différence

Elles sont octroyées par des organismes indépendants après inscription de nos cuvées à leurs dégustations. Selon le concours, la dégustation est opérée par un public plus ou moins large, amateurs ou professionnels (sommeliers), de femmes exclusivement (Féminalises) ou dans une région donnée (concours de Macon). Chez Juliette Avril nous faisons déguster nos millésimes à James Suckling, célèbre critique de vin qui a permis à Wine Enthusiast de devenir un magazine référent pour les professionnels du vin.

Les petits plus marketing sur une étiquette de vin, non obligatoires et non réglementées : les accords mets et vins

Parfois le vignerons aiment exprimer sa signature à travers un petit paragraphe sur la contre étiquette. On peut souvent y retrouver la surface du vignoble, le type de terroir, le style du vin, l’histoire du vignoble et la présentation du vigneron.

Enfin, le vin est régit par la loi Evin qui nous interdit de dire que notre vin est bon. Alors pour aider le client à se projeter, nous proposons souvent des accords mets et vins pour que notre cuvée soit dégustée dans les meilleures conditions possibles !